Partagez!

mercredi 6 avril 2011

L'Humanité est en retard sur son cerveau, ou comment sortir de la crise ivoirienne?


Quelles réflections sur l'actualité?

Japon, Côte d'Ivoire, Lybie, etc.

Nucléaire, démocratie, guerre, pouvoir...

A côté de ça, spiritualité, "réalité", souffrances, joies...

Où en sommes-nous?



Quel "dessein" pour le monde?

Quelques hommes de bonne volonté, et le désordre primitif ou "primaire".

L'humanité n'a pas évolué aussi vite que son cerveau.

Influence sous-jacente et profonde, renouvelée (éducation, traditions) des pulsions primaires.
Pouvoir, peur, agressivité, animosité...



Lybie et Côte d'Ivoire, un peu le même problème.

Un dirigeant qui s'accroche au pouvoir. 
Et qui évoque une parodie de démocratie pour se justifier. 

Avec, en sus, ce qu'il faut d'allusions aux thèmes qui accrochent, comme l'impérialisme, l'ennemi étranger et celui de l'intérieur, la légitimité de la démocratie bafouée, toutes ces "ruses" hypocrites auquelles il finit peut-être par croire lui-même...?

Pouvoir contesté soit par le "rue", soit par les urnes...
Et "légitimité" internationale cautionnée par l'ONU pour protéger les civils et arriver à la chute du "dictateur".

Vaste programme, comme aurait dit le Général de Gaulle!
Et, de plus, légitimé par le "Machin", comme il qualifiait l'ONU...


Enfin, la globalisation est à l'œuvre.

Avec, bien sûr, encore beaucoup de cyniques et de profiteurs hypocrites pour une poignée de personnes honnêtes critiquées par les premiers qui les prennent pour les seconds, et que les seconds suivent pour essayer d'en tirer profit...

Cela dit, il me semble que ces interventions "musclées" étaient et seront désormais nécessaires pour faire respecter, sinon le droit, du moins la volonté d'un peuple (ou d'une importante partie d'un peuple) berné ou opprimé.

Et pour donner un signal clair aux dirigeants faussement démocratiques que les règles ont changé, qu'il ne leur sera plus possible d'agir à leur guise pour leur propre intérêt, et non pour celui du peuple qu'ils sont censés servir.



Le pouvoir donne des droits, certes, mais aussi et surtout des devoirs!!!!


Maintenant, en ce qui concerne Gbagbo, c'est sûr qu'il refuse de reconnaître que son rival a gagné les élections, ce qui implique qu'il a eu tort de s'accrocher. 
Il perd la face, et c'est sans doute ce que son épouse Simone lui a démontré...

Et puis il y a le risque de se retrouver devant un tribunal pour "crimes contre l'Humanité" par exemple.
Ce qui concerne peut-être encore plus son épouse?...



Alors, comment sortir de cette situation "insoluble"?

Le plus important est que la paix et a vie "normale" reviennent, notamment à Abidjan.
Pour cela, Gbagbo doit s'engager à ne plus contester le résultat des élections.



Il pourrait peut-être l'accepter si on lui octroyait l'immunité, lui garantissant qu'il ne serait pas jugé?...

 Ils serait ainsi tranquilisé.

Bien sûr, de nombreuses voix s'élèveraient contre une telle immunité!
Ouattara le premier, sans doute!

Cela dit, une reddition rapide de Gbagbo permettrait enfin de panser les plaies de la Côte d'Ivoire...

Ce serait finalement le plus important...
Et on pourrait enfin avancer, se consacrer à l'avenir, sans se torturer avec le passé...

Cela vaudrait la peine d'essayer en tous cas!

Enfin, nous verrons ce que les "professionnels" de la politique vont finalement décider...


samedi 8 janvier 2011

Oiseaux qui tombent. Maladie, ou interférences?

Comme c'est bizarre, tous ces oiseaux qui meurent tout d'un coup.

  • ce n'est pas dans le même endroit, 
  • ce n'est pas la même race,
  • ce n'est pas au même moment.


Attention quand cela arrivera à un vol d'oiseaux migrateurs, des oies par exemple. Ça pourrait causer des dégats.

Mais pourquoi ces morts?
Pour l'instant, il semble que l'on n'aie rien trouvé.

Cela dit, la seule chose qui soit commune, c'est qu'il s'agit de groupes.
Des oiseaux de la même "famille" ou "tribu", en quelque sorte...

Donc, ils "vibrent" tous à l'unisson, ils sont unis...

Alors, s'il y avait une onde exactement opposée (amplitude et fréquence), ou ayant des composantes opposées causant des interférences, qui "annulait" l'onde vitale commune au groupe?...

Evidemment, d'autre manifestations du même genre ont pu se produire un peu partout, dans des régions reculées d'où on ne recoit pas de nouvelles.

Et quid de ces centaines de poissons (encore un "groupe") qu'on a retrouvés ventre en l'air dans un lac aux USA? Peut-être un empoisonnement, mais si on ne trouve pas de raison?
Si c'est arrivé aussi en pleine mer, on ne le remaquera pas forcément, à moins de se trouver exactement au même endroit...
Essayer de l'observer par satellites? Peut-être.

Enfin, je vous laisse réfléchir, imaginer....
Ce ne sont que des questions ou hypothèses destinées à ouvrir la discussion.

À bientôt

vendredi 7 janvier 2011

Côte d'Ivoire, une impasse?

Ou comment concilier intérêt personnel et intérêt général...

Qui a raison?
Laurent Gbagbo, le Président sortant?
Alassane Ouattara, le Challenger?

Et d'abord, que veulent-ils "vraiment", que signifie vraiment pour eux la Présidence?
Le Pouvoir, et tous ses privilèges?
Le service du peuple ivoirien?
Un cocktail plus ou moins pondéré des deux?

Il est vrai que, si Alassane Ouattara a été "intronisé" par la communauté internationale, les irrégularités présumées ayant eu lieu dans certains bureaux de vote (dans les régions du nord notamment, d'où proviennent la majorité de ses supporters) n'ont pas été examinées.


Tant que ces soupçons ne serons pas infirmés, le doute planera...


On pourrait aussi dire la même chose en ce qui concerne les régions du sud pour Laurent Gbagbo qui se targue, à juste titre, de la décision juridique du Conseil Constitutionnel.

Maintenant, il semble que ce Conseil lui était par avance acquis.
Le "Boulanger" est habile, et sait utiliser la loi et la démocratie (ou du moins leur apparence diront certains, qui ne manquent pas de souligner l'utilisation publique de ces arguments de droit, contrastant avec une certaine réalité plus "sombre" où agiraient des commandos "paralégaux" profitant des diatribes de Charles Blé Goudé, Ministre de la Jeunesse dont le comportement s'apparente plus à celui un agitateur voyou qu'à celui d'un ministre...)

Alors, qui est vraiment de bonne foi?

De toutes façons, une solution militaire serait la pire des solutions.
Et les pressions des puissances occidentales sont malvenues, surtout celles venant de France, ancienne puissance coloniale ayant eu énormément d'influence au temps d'Houphouët Boigny...

Le Président Sarkozy aurait mieux fait de se taire au lieu d'attiser le sentiment nationaliste (justifié ou non, et qui peut très bien être utilisé pour "justifier" des violences.)
C'est à se demander vraiment QUI le conseille en cette affaire!!!

Il semblerait évident que la première chose à faire soit de respecter les deux protagonistes, et leur intégrité (vraie ou simulée, là n'est pas la question)
"Faire confiance... et vérifier" comme le disait Ronald Reagan en parlant des traités de désarmement avec les Soviétiques.

Ensuite, savoir quel est le VÉRITABLE intérêt de chacun, qui se cache derrière des motifs plus "publics", sans pour cela le dévoiler et le déballer dans l'Agora.
Tout le monde veut être accepté et apprécié, aimé finalement, ou en avoir l'impression.

Un bon négociateur devrait venir l'esprit ouvert, "page vide", et écouter.
Puis poser des questions, éclaircir, sans jamais juger ni sembler le faire, montrer du respect et de la compréhension.
Une fois les deux protagonistes ainsi interviewés, il devrait examiner le moindre signe positif de convergence, et mettre l'accent sur ce qu'il a compris du véritable intérêt de chacun, de ce qui les motive réellement, et qui est alors peut-être plus simple de satisfaire sans nuire aux uns ni aux autres...

Qu'est-ce qu'ils veulent?
Que craignent-ils?

La Côte d'Ivoire semble divisée.
Elle peut en effet se décomposer en ethnies et clientèles, soutenues par des ivoiriens et/ou par des étrangers qui y trouvent leur avantage.
Elle peut aussi rester unie et plus forte quand on peut montrer à chacun l'avantage de cette unité et de cette diversité.

Et finalement, le meilleur intérêt personnel à long terme, c'est de soutenir l'intérêt général!

Il n'est pas encore trop tard.

Refuser l'exclusion.

Il faut ouvrir son cœur et son esprit, en avoir la volonté...

Confiance.

À bientôt